Parcours musical, rencontres, moments forts

Johan Dubrez est musicien : multi-instrumentiste, compositeur, chanteur et professeur de musique. Il a construit sa vie avec, par et pour la musique. Se former : Conservatoire Supérieur de Genève, EJMA, CFMS. Se produire : scènes romandes et françaises, les rues de Suisse et d’Europe. Se passionner : collaborer, composer, arranger, enregistrer. Transmettre : enseigner la musique en harmonie avec lui-même.

A ce jour, Johan enseigne sa propre pédagogie musicale dans l’école qu’il a fondée avec l’appui de son frère jumeau Guillaume. Ensemble, ils travaillent conjointement à mettre sur pieds leur maison d’édition musicale, dont Johan est le compositeur de référence. Pour combler son épanouissement personnel et musical, Johan paufine actuellement son projet solo DUBREZ, lequel se trouve être l’aboutissement heureux de nombreuses années de composition, de maturation de son talent et de passion pour la musique.

Johan Dubrez est musicien : multi-instrumentiste, compositeur, chanteur et professeur de musique. Son intérêt pour la musique est alimenté dès sa plus tendre enfance par son environnement familial. Son grand-père et son oncle, l'un professeur de guitare au Conservatoire de Sion et l'autre, jeune musicien diplômé de la Scola Cantorum de Paris, l'initieront l'un à la guitare, l'autre au solfège.

A l'âge de sept ans, lorsque ses parents lui proposent de choisir un instrument à étudier, Johan répond sans hésiter "du violon". Depuis lors, il ne l'a plus quitté. Parallèlement à l'apprentissage théorique et pratique au Conservatoire de Lausanne, Johan découvre et se passionne très vite  pour les musiques actuelles. Des musiciens comme Jean-Michel Jarre et Michael Jackson vont lui donner très tôt le goût de la composition musicale et l'envie de créer un groupe. 

En 1996, l’occasion se présente quand, avec trois camarades d’école, il crée le groupe de rock-pop Transfusion, renommé ensuite Asgard, pour s'inscrire au concours "Jeunes Talents" des Jeunesses musicales suisses à Lugano. Durant trois ans, ce groupe gravit les échelons de la notoriété locale, alors qu'il remporte le premier prix "Création" au concours "Talent Jeunesse", organisé au Café Barnabé de Servion, et se produit notamment sur la grande scène du Château au Festival de La Cité à Lausanne en 1998.

Admis au Conservatoire Supérieur de Genève à la fin de sa scolarité obligatoire, Johan quitte Asgard, faute de temps. Il accepte cependant de remplacer le violoniste de Small Fry, un groupe de rock folk très populaire de la scène genevoise. Il y rencontre le bassiste David Rochat, avec qui il nourrira une complicité musicale durant quinze ans.

En 2001, Johan, sollicité par son ancien batteur d'Asgard Jérémie Duciel, accepte de partir un mois au Cambodge en mission humanitaire, en intégrant Repris de Justesse en tant que pianiste et back vocal, groupe se produisant dans les prisons du monde et offrant une petite lueur de paix et d’espoir le temps d’un concert. La même année, il s'inscrit à l'Ecole de Jazz et des Musiques actuelles (EJMA) à Lausanne.

Durant sa formation à Genève, notre jeune explorateur de la musique travaille sa voix au sein du choeur de Michel Corboz, avec lequel il interprète "La Passion selon Saint Mathieu" de J-S. Bach sur la scène de l'Auditorium Stravinsky et le "Requiem de Verdi" au même endroit, ainsi qu'au Victoria Hall de Genève. Il rejoint aussi pendant un temps le choeur de René Falquet.

Á l'EJMA, il entre en section professionnelle, où il étudie le chant "Jazz", le violon, le piano, l’harmonie, l’improvisation et la ryrthmique groove, qu'il appréhende avec le bagage d'une solide formation à l'Institut Jacques Dalcroze.

 

Revenu du Cambodge en 2002, Johan fonde Playstayfunk, groupe de jazz funk, où il retrouve le bassiste David Rochat et le batteur Jérémie Duciel. Le saxophoniste Maxime Steiner et le guitariste Fabio Peduzzi viennent compléter le noyau dur de cette formation, qui tourne sur quelques scènes romandes comme Le Pont Rouge à Monthey, La Case-à-Choc à Neuchâtel ou encore à l'Usine-à-Gaz de Nyon.

Un an plus tard, Playstayfunk s'étant dissout, Johan retrouve l'ancien guitariste d'Asgard, Rishi Guddoy, et avec David Rochat, lance le projet Galloway, un groupe de rock celtique. Fin 2003, la magie s'opère avec l'arrivée d'un batteur passionné, Grégory Wüst, d'un gobe-trotteur multi-instrumentiste (cornemuse, banjo, mandoline, ...), Sylvain Jacobeus, de la petite flûtiste mélodieuse Marie Vernay, et de la talentueuse accordéoniste Florine Juvet. Constituée officiellement le 25 mars 2004, cette fraîche formation compose ses premiers titres et enregistre un EP "Liberté docile", qu'elle présente pour la première fois au Giron de La Côte en partageant l'affiche avec Daisy Box, La Famille Bou, Aston Villa et Less is Groove.

En 2005, Galloway multiplie les concerts et festivals, enchaînant parfois trois concerts le même jour. Il ouvre le Montreux Jazz Festival sur la scène off du Parc Verney le vendredi et fait un tabac le lendemain à Porrentruy. Á l'automne, il enregistre son premier album "Effet Papillon".

Durant les trois années suivantes, Galloway écume les salles et se produit même à l’Ecole Centrale de Paris, devant des centaines d'étudiants participant à une rencontre sur le thème "Médiéval Fantastique". En Suisse romande, les grandes scènes se multiplient, comme aux Bastions à Genève, où un violent orage interrompt le set : panne de courant devant 1500 personnes et vente de CD "comme des glaces à l'entracte". Roland Le Blevennec, patron du Chat Noir (GE) et programmateur des Bastions, bien connu des milieu du Jazz a dit ce jour-là de Johan: "ce garçon est fait pour la scène". Au Locle, le président du Promo Festival, Bernard Gafner, accueillera le groupe romand à quatre reprises.

Jean-Marc Richard, à son tour, programme Galloway plusieurs fois dans son émission "Le Kiosque à musique". L'année 2009 débute par l'enregistrement du 2ème album "Nouvelle Ere", qui sera consacré Album suisse de la semaine sur la chaîne radio Option Musique.

Galloway se produira de moins en moins souvent au fil des ans, chaque musicien ayant tracé sa voie dans un plan de carrière personnel. En 2014, le groupe enregistre une émission TV pour La Boîte à Musique, dans les studios de la RTS à Genève et donne un dernier concert au Promo Festival du Locle.

Durant toutes ces années, Johan, hormis sa grande expérience de la scène avec Galloway, ne manque pas une occasion de jouer et de se former. Après l'EJMA, pour mieux maîtriser le traitement électronique du son, il étudie l'informatique musicale, les techniques d'enregistrement et de mixage au Centre de Formation des Métiers du Son (CFMS) à Lausanne. Il y obtient un certificat d'assistant technicien du son.

Par ailleurs, il installe son « home studio » au local de Galloway, et en profite pour composer pour le groupe, mais aussi pour V.I.R.U.S, un rappeur. Il enregistre des maquettes pour divers artistes, pose sa voix sur le 1er album de K (alias Nicolas Michel), son violon pour la kora de Cisco Vibration, et pour Fanny Leeb, notamment. Il réalise également ses propres études et compositions.

En 2008, il participe aux 2ème rencontres professionnelles de la chanson "Chante... ou bien!", l'équivalent suisse des rencontres d'Astaffort, créées par Francis Cabrel, avec comme formateurs Thierry Romanens et Pascal Rinaldi. Il y compose un thème pour Loraine Felix, qui écrit pour lui les parole du titre "L'orgre et la fée", qu'il interprétera avec Thierry Romanens sur l'album "Nouvelle ère" de Galloway. Loraine lui écrit aussi "Au fonds de mon clown", qui figurera beaucoup plus tard dans le set de son projet solo, DUBREZ.

Avec Sylvain Jacobeus, Johan fait ses premières expériences dans la rue et d’animation de fêtes. Ils joueront notamment ensemble de la musique de style Blue grass. De plus, il accompagne occasionnellement le chanteur ilrandais Sam Seale, posant son violon dans les pubs de Suisse. Il acquiert la conviction que la rue est une excellente école, parce que l’on y mesure son talent à l'aune des gains réalisés, sans compter les heures de répétitions, confronté au climat, aux passants, aux bruits et même… aux autorités.

Johan n'est pas uniquement compositeur et interprète. En 2006, il commence l'enseignement de la musique par des cours de violon donnés à l’Ecole Club Migros, puis à l'Ecole Boullard Musique de Morges. Cette première ouverture à la pédagogie musicale, confrontée au manque de motivation de certains élèves dans le cadre de cours..... très courts (une demi heure!), cantonnés aux seuls apprentissages de l’instrument, l'interpellent. Une école, le Fa Perché, inspirée des méthodes Wilhelm et Orff, lui ouvre ses portes et lui permet d'élaborer sons propre concept d'enseignement, plus en phase avec ses convictions. En 2015, il ouvre enfin sa propre école, Gimmemusic School à Aubonne, qui place le plaisir au centre de sa méthode d'apprentissage.

En 2011, un ami pianiste propose à Johan de composer un album de rock métal gothique pour un jeune américain, expatrié en Suisse, dans un projet produit par un grand producteur et devant être enregistré à Nashville, dans le Tennessee. L'aventure tourne court, la productrice ayant sur-estimé les capacité de Raven, qui n'avait aucune expérience, ni de la scène, ni du chant.

Johan a ainsi pris conscience de deux choses importantes pour la suite de sa carrière: il doit être prudent et raisonnable dans ses engagements et sa capacité à composer et produire un répertoire en un temps donné. L'année suivante, il décide de composer pour lui-même et s’octroie dix jours de résidence, seul, immergé. Il y prépare 12 chansons, qu'il se réserve avec le rêve et l'ambition de se produire un jour en solo.

A ce jour, Johan enseigne sa propre pédagogie musicale dans l’école qu’il a fondée avec l’appui de son frère jumeau Guillaume. Ensemble, ils travaillent conjointement à mettre sur pieds leur maison d’édition musicale Gimmemusic, dont Johan est le compositeur de référence. Pour combler son épanouissement personnel et musical, Johan paufine actuellement son projet solo DUBREZ, lequel se trouve être l’aboutissement heureux de nombreuses années de composition, de maturation de son talent et de passion pour la musique.